Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 02 août 2007

Attendez de toucher le fond, et la hop un bon coup de talon et vous remontez a la surface!

Allez il faut l'avouer, il y a une certaine satisfaction a etre deprime. Deja au college, on regardait en biais, un peu envieux, les filles qui avaient pleins de "problemes". C'etait genial de se faire du souci pour elles, de les chercher quand elles se barraient en faisant du chantage au suicide, ou quittaient la classe en larmes (enfin, pas Caroline D. quand meme, elle je lui aurait bien pulverise la machoire avec une batte de criquet).

C'est jouissif de s'enfoncer dans la molesse, de trainer en pyjama en mangeant du gras a meme la boite, de geindre, de se sentir sombrer doucement. Pas juste parce que c'est la solution de facilite, mais parce qu'il y a un certain plaisir a etre mal. Hey, pas de regard noir, je suis sure que tout le monde se complait dans le malheur, plus ou moins fortement. Sinon pourquoi les meilleurs annectodes de vacances seraient les ratages, les emmerdes, les attentes interminables, et comment on s'en est sorti (oui parce que si c'est irremediable, c'est plus pareil)?

J'aimerais aller plus loin, perdre pied totalement, etre vraiment dans une merde noire. Parce que la bon, c'est quand meme de la deprime de supermarche! J'ai pas de boulot, pas d'amis, bon c'est deja pas mal mais rien de bien terrible. Je me souviens m'inventer des problemes terribles pendant mes jours d'ennuis adolescents. Donnez moi de la crise de nerf! Donnez moi du malade! Donnez moi du errage sans but! Je vois les choses en grand moi bon dieu!

Bien entendu, tout ca c'est en l'air, ce ne sont que des pensees. Mais qu'est ce qu'on resent dans ces cas la, submerge par la depression? C'est comme ce desir malsain de se faire tirer dessus et de connaitre enfin la vraie douleur, de savoir ce que l'on s'est toujours demande, comment on se sent quand on voit la mort approcher. (mais non, rooh je vais pas me suicider! Je m'evanouis a la vue du sang!)

 

Commentaires

Mouais ... Pour connaitre une certaine B. qui a vraiment touché le fond du trou, je crois pas que ce soit une bonne idée, si tu peux l'éviter ... Et une certaine C. qui certains soirs se sentait tellement angoissée qu'elle se terrait littéralement dans son lit, avec le poids du monde sur ses épaules ... Non, en les écoutant en parler, ça ne me donne PAS du tout envie. Je préfère ma déprime de supermarché !

Écrit par : bene | lundi, 06 août 2007

La Bretagne, çà requinque !

Écrit par : Petit Nicolas revient de 15 jours magnifiques | mardi, 14 août 2007

Bin euh moi c'est plutôt l'inverse.. J'traine mes angoisses comme un boulet silencieux que je n'ose crier au monde... Alors ce foutu boulet que seule moi connait j'aimerais bien m'en détacher et goûter au bonheur incroyable, à la bulle toute rose et au coeur léger... Ouais j'aimerais vraiment beaucoup...

Écrit par : Mamzelle Soso | mardi, 14 août 2007

Coucou Mamzelle Soso!
Oui bien sur, j'aimerais mieux etre heureuse que dans cet etat, meme si il m'apporte cette sourde satisfaction malsaine.
C'est ce meme cote obscur qui nous attire vers le details sordides des journaux, les films tristes, qui a cette pointe de satisfaction quand les choses ne tournent pas rond...
Je suis en train de me demander si je suis la seule finalement..... Err!

PS. Welcome back ptit nic!! Je commencais a m'inquieter!

Écrit par : Aure | mercredi, 15 août 2007

Les commentaires sont fermés.