Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 03 novembre 2006

Take Me Out!

Plantage de decors. Je suis a la reception, comme d'habitude.

Je m'ennuie, y a pas de clients, mon livre est fini (au passage, my god, L'ile des gauchers OOOH my gooooood j'ai cru mourir), Brasiliano fait une demi tronche (ca veut dire qu'il est pas content mais qu'il est hors de question qu'il crache le morceau du pourquoi, c'est plus festif finalement de continuer la gueule pendant des jours, avec petite treve au moment d'aller au lit comme par enchantement, enfin bef), et mon Psychopate est a l'autre bout du building.

C'est a ce moment que THE technicien arrive. Il commence a 4h, je finis a 5, donc on a rarement eu l'occassion de se parler longuement. Au debut il me laissait indifferente, puis je sais pas quelque chose s'est passe, une espece de chimie a opere, cupidon m'a decroche une de ses saletes de fleches ou un truc du genre, enfin du coup je le regarde avec une lubricite toute nouvelle...

Il arrive donc pour signer le carnet de presence qui comme son nom l'indique a la presence d'esprit de se trouver dans la reception sous mon controle unique, ferme mais juste. Hello, hello, how are you, great, blah blah, je le vois hesiter apres le depot de la precieuse signature, donc je m'avance dans l'espoir que ma seule vue reglera tous ses problemes actuels et futurs.

Et la, ralenti, petites etoiles dans le ciel bleu de Funland, musique d'orgue de barbarie rententissant, le doux technicien se tourne vers moi et me demande if i drink beer. Ca me parait tellement hors de propos, je m'y attend tellement pas que je reponds betement que non. Insistage. Redoublement d'etonement de ma part. Je demande "why, you're gonna buy me a drink?" sans penser au monstrueux enchainemant que mes paroles vont avoir pour consequences, comme d'habitude. Il eclate de rire et me dit, avec un melange de bafouillement et d'audace d'une sexytude qui me laisse pantoise "yeah i thought we could arrange something one day, blah blah" (le blah blah veut dire que j'ai arrete d'ecouter, du aux bourdonnements intenses qui commencaient a retentir dans ma cerveau sous pression), sa main malheureusement tracant un cercle a la va-vite impliquant peut etre "WE" comme mon groupe de potes au grand complet, et non pas MOI.

Et la, elle ajoute la phrase mortelle, mon adorable italienne. Qui scele ce jour dans le calendrier de ma vie. "Well, im not lesbian, but..."

Je tente peniblement de me relever, je sens mes joues en ebulition, je titube, je maudis le moindre de mes vaisseaux sanguins jusqu'au dernier, qui me font rougir a tout va et vont me trahir! Je ricanne beatement, je sais plus ou donner de la tete, vers le bonheur, la confusion, la gene, et  mon cerveau carbure a toute puissance, rejouant deja la scene, analysant la moindre de ses paroles, de ses soupirs.

Le temps de repondre oui avec un air detache qui pourrait vouloir dire "oui, allons boire un coup tranquillement tous ensemble", elle tourne les talons et s'en va, dans son adorable petit baggy noir. Point de rendz vous donne, point de numero echange, point de regard appuye me deshabillant deja. Juste un avant gout, une eau a la bouche...? Ou peut etre rien, peut etre une fille qui se sent un peu seule et qui me trouve sympa comme nouvelle copine?

Un nouveau monde s'offre a moi et je n'avais pas ete sur-excitee et hysterique de la sorte depuis des mois!!!

medium_Barbie_goes_lesbian.2.jpg

 

PS- Petit appel a mon psychopate (qui connaissait mon attirance) a peine la scene ecoulee, et confirmation (ou pas? je ne sais plus!!): il m'a mentionne dans une breve conversation avec elle au boulot hier soir, en disant "she likes you" (ce qui peut vouloir tout dire, je veux dire si on a pas l'eprit lesbien du tout, on ne lit rien entre les lignes non?) et elle a repondu qu'elle aussi...... (meme remarque... i guess...ou alors elle SAIT que je l'aime bien...)   

Commentaires

Belle histoire bien troussée

:-)

Écrit par : Petit Nicolas | vendredi, 03 novembre 2006

Faut arrêter avec ce genre d'histoires, petit Nicolas va devenir fou :-)

Écrit par : bene | samedi, 04 novembre 2006

Merci, Melle bene, de penser à ma santé. Fragile.

;-))

Écrit par : Petit Nicolas | mardi, 07 novembre 2006

Les commentaires sont fermés.