Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 31 octobre 2006

Jesus Marie Joseph

Enfer et damnation, mon adorable psychopathe tente de me cyber sexer. Carrement quoi.

Oh, ca a commence soft, de temps en temps, par ci par la, il me glissait ce qu'il aimerait me faire a ce moment la, mais gentillement, plus genre bisou bisou. Ok. Un jour au telephone il devient un peu plus chaud et moi, tete de linotte, j'ai le malheur de lui avouer que j'aime quand il me parle comme ca (ben quoi?).

Et la, horreur, malheur, tout s'enchaine et devient hors de controle. Depuis deux jours la situation m'echappe completement! Bon je ne suis pas totalement coincee, mais disons plus du genre passif. Il me faut du temps pour me sentir a l'aise. Et par les mots encore plus.

Rappelons que son experience du sexe, le vrai, avec reel touchage mutuel et echange de fluides est disons... limitee. Ca doit etre pour ca, le manque doit le faire disjoncter et imaginer tout un tas de trucs, seul dans son lit (a une place) (surtout bloquer cette image hors de mon cerveau). Son audace m'effraie, me depasse, me met une pression folle!

De mon cote ca donne a peu pres "Heh... yeah... hum hum... ok... huhuh"... Torride la petite fancaise!!

Et heureusement que je suis ici parce que la meme chose en francais me donnerais simplement envie d'exploser d'un ricanement gene!

Mais j'aimerais pouvoir me lacher, du coup ce matin, a moitie endormie, je me dis que merde, y a pas de raison quand meme, hein, alors j'attrappe mon telephone et, dans les brumes du sommeil j'envoie mon PREMIER dirty texto! N'insistez pas, je ne le retranscrirait pas ici, NON! A peine le "message send" affiche, je me reveille tout a fait, d'un coup, meeeerde qu'est ce que je viens de faire!!?

What's wrong with me, j'ai 26 ans (et demi) et suis totalement petrifiee a l'idee de murmurer deux trois cochonneries banales!?

 

jeudi, 19 octobre 2006

Addiction

medium_53785.2.jpg

 

Flight Confirmation:

Miss Aure and Mister Brasiliano are confirmed on the flight BLABLA from London to Amsterdam.

Voila ma drogue. Les confirmations de vols. Pourtant j'ai pas mal bouge depuis mon arrivee a Londres y a deux ans mais je ne me lasserais jamais de ce rush! Cliquoter, chercher, changer les dates, et finalement entrer son numero de carte bleue (Sans argent dessus! C'est toute la beaute de la chose!) et lire le message tres pas content qui te hurle que si tu cliques et ben apres c'est TROP TARD pour changer parce qu'il s'en foutent bien de ce qui peux t'arriver, et meme si tu romps entre temps, ils te rembourseront PAS!

Bref voila, dans un soucis d'economiser pour mon grand trip en janvier, et ben je vais depenser une partie de l'argent dont j'ai deja pas assez pour le trip sus-cite (c'est complique) en faisant notre deuxieme petit voyage brasilianesque, main dans la main, sous les flocons hollandais de decembre.

Un moyen romantique de se dire adieu, quoi. (nooooooon!!)

 

mardi, 10 octobre 2006

Man i feel like a woman!

Sublime. Feminine. Delicieusement fofolle. Tigresse. Deesse. Subtile. Petillante. Intelligente. Brillament drole. Changeante. Incroyable.

Il me trouve tout cela a la foi. Il m'aime et me deteste, il me deteste parce que je lui fais du mal.

Avec lui je me sens extraordinaire, ça petille derriere mes yeux, j'en joue et rejoue, parfois je derape et j'en fais trop: trop de confiance en moi d'un seul coup dans mon esprit dont ce n'est pas vraiment la specialite, trop de compliments, forcement ca fait bulle de champagne, paf!

Le pire c'est que ce ne sont pas du bullshit, du baratin, il n'a effectivement jamais rencontre quelqu'un comme moi (avouons qu'il n'a pas rencontre grand monde, ca aide).

J'aime exagerer la situation, me dire qu'il pense a moi sans arret, a chaque parole de chanson, au detour de chaque affiche dans le metro, a chaque phrase echangee, tout lui rappelle la princesse qui est en moi! Chez lui, enfievre par la passion, il se rememore les moindres pores de ma peau, geste, courbes de mes hanches et ca le tue de savoir que rien de tout cela ne sera a lui.

Je sais que ce n'est pas vrai, mais j'aime ce drame, ces larmes, j'aime qu'on me voit ainsi, j'aime me sentir si belle dans ses yeux, j'aime agir toujours comme si il m'epiait de loin. Je me dis meme que c'est en partie pourquoi je l'aime aussi, et ca ca fait peur!

mardi, 03 octobre 2006

Le mardi, j'ai piscine

Enfin, certains mardi. Quand j'y arrive. C'est quand meme un beau calvaire.

Ce soir, il fait froid. Ca donne pas du tout envie de se deshabiller et de mettre son maillot qui est sense n'etre porte qu'a la plage par 45 degres.

A ma piscine, y a trois lignes, celle des lents, celle de moyens et celle des super forts (qui ne comporte que des mecs baraques qui nagent la brasse papillon comme des malades pendant 3 minutes, et se massent sur le bord pour discuter de leurs performances pendant 10).

Je me met donc a nager, bete et disciplinee dans l'allee des lents, et tout va bien jusqu'a l'arrivee de mon pote, ce black obese qui nage tout habille (ne demandez pas...) TOUJOURS aux heures ou j'y suis...

Mettons nous d'accord tout de suite, je n'ai absolument rien contre les blacks obeses, mon meilleur ami est d'ailleurs un black obese (bon, non, ok), ni contre le fait qu'il nage habille (c'est un peu degeu mais bon, je nage bien avec mon gel a cheveux). Mais il est leeeeeent, mais leeeeeeeeeeent.

La ligne des lents, c'est un peu la ligne des losers. Personne ne nage correctement dans le sens des aiguilles d'une montre. Imaginez une autoroute avec une seule voie, ou les poids lourds cotoieraient les bolides, c'est un peu ca. Y a mon pote l'obese qui nage a 4cm a l'heure, y a celui qui fait le mac en nageant comme un fou et qui inevitablement percute de plein fouet les flotteurs ou un autre nageur (tu as envie de lui beugler "if you are that good, go to the medium lane connard!!"), y a le vieux qui est proche de la crise cardiaque, y a celle qui s'arrete en plein milieu sans raison apparente...

Je n'en peux plus, nager, faire du sport de maniere generale est une torture suffisante, je me glisse avec un culot qui m'etonne moi meme dans l'allee moyenne pour les nageurs moyens.

La ca n'a plus rien a voir. Plus de vieux, plus de gros, il n'y a que filles d'a peu pres mon age. Et ca rigole pas, c'est pas de la fille normale, c'est de la pouffe de piscine. Ca a du bonnet (alors que ce n'est pas obligatoire), du nez pince (elles se croient a Naganau? Ok, bon ma culture JO date un peu, mais vous voyez l'idee), c'est concentre, ca brasse coule, ca brasse dote, ca s'arrete pas une seconde.

Je suis larguee, j'essaie d'aller a toute allure, je crachote, mais elles ne sont pas contentes, elles veulent me doubler, elles me percutent les pieds avec aigreur, elles s'en pincent le nez encore plus.

 Pendant que je me devisse un genou, je lorgne quand meme, par pur reflexe biologique vers l'entree des vestiaires des hommes, ou un jeune athlete blond vient de faire son arrivee. Au lieu d'entrer dans l'eau comme chaque piscineur qui se respecte, il vient s'asseoir sur le banc juste derriere moi. Du coup il attire mon attention et on commence a se lorgner du coin de l'oeil. Il n'est pas sublime, mais bon il me regarde donc je regarde, donc il regarde, donc... puis sa copine arrive et je me sens ridicule, je suis sure qu'ils ricannent dans ma direction tous les deux, les pouffes de la medium lane me font clairement comprendre que je ne suis pas a ma place ici, mais je ne peux plus retourner dans l'allee des nuls car le jeune blond et sa grognasse y sont deja en train de barboter, et ils vont croire que je le suis et que je veux feindre un malaise dans la slow lane pour finir dans ses bras! 

Finalement apres un coup de pied de trop et un dernier regard appuye des filles, je rejoins ma ligne initiale, la queue basse, sous les huees du public. en prenant l'air digne (c'est a dire que j'essaie de garder la tete hors de l'eau) a chaque fois que je croise le couple goguenard.

Le seul moment positif, finalement, a la piscine, c'est quand on sort, ca y est la torture est finie, on va avoir droit a une douche chaude, et que les jambes font mal en marchant et on se dit wohaaa j'a bien travaille, je dois etre taillee comme une deesse greque a present!

Jusqu'a ce qu'on se voit dans la glace a la lumiere crue du jour. Et rien n'a change apres des mois de piscine.

 Et on se demande a quoi bon tout ca...