Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 03 octobre 2006

Le mardi, j'ai piscine

Enfin, certains mardi. Quand j'y arrive. C'est quand meme un beau calvaire.

Ce soir, il fait froid. Ca donne pas du tout envie de se deshabiller et de mettre son maillot qui est sense n'etre porte qu'a la plage par 45 degres.

A ma piscine, y a trois lignes, celle des lents, celle de moyens et celle des super forts (qui ne comporte que des mecs baraques qui nagent la brasse papillon comme des malades pendant 3 minutes, et se massent sur le bord pour discuter de leurs performances pendant 10).

Je me met donc a nager, bete et disciplinee dans l'allee des lents, et tout va bien jusqu'a l'arrivee de mon pote, ce black obese qui nage tout habille (ne demandez pas...) TOUJOURS aux heures ou j'y suis...

Mettons nous d'accord tout de suite, je n'ai absolument rien contre les blacks obeses, mon meilleur ami est d'ailleurs un black obese (bon, non, ok), ni contre le fait qu'il nage habille (c'est un peu degeu mais bon, je nage bien avec mon gel a cheveux). Mais il est leeeeeent, mais leeeeeeeeeeent.

La ligne des lents, c'est un peu la ligne des losers. Personne ne nage correctement dans le sens des aiguilles d'une montre. Imaginez une autoroute avec une seule voie, ou les poids lourds cotoieraient les bolides, c'est un peu ca. Y a mon pote l'obese qui nage a 4cm a l'heure, y a celui qui fait le mac en nageant comme un fou et qui inevitablement percute de plein fouet les flotteurs ou un autre nageur (tu as envie de lui beugler "if you are that good, go to the medium lane connard!!"), y a le vieux qui est proche de la crise cardiaque, y a celle qui s'arrete en plein milieu sans raison apparente...

Je n'en peux plus, nager, faire du sport de maniere generale est une torture suffisante, je me glisse avec un culot qui m'etonne moi meme dans l'allee moyenne pour les nageurs moyens.

La ca n'a plus rien a voir. Plus de vieux, plus de gros, il n'y a que filles d'a peu pres mon age. Et ca rigole pas, c'est pas de la fille normale, c'est de la pouffe de piscine. Ca a du bonnet (alors que ce n'est pas obligatoire), du nez pince (elles se croient a Naganau? Ok, bon ma culture JO date un peu, mais vous voyez l'idee), c'est concentre, ca brasse coule, ca brasse dote, ca s'arrete pas une seconde.

Je suis larguee, j'essaie d'aller a toute allure, je crachote, mais elles ne sont pas contentes, elles veulent me doubler, elles me percutent les pieds avec aigreur, elles s'en pincent le nez encore plus.

 Pendant que je me devisse un genou, je lorgne quand meme, par pur reflexe biologique vers l'entree des vestiaires des hommes, ou un jeune athlete blond vient de faire son arrivee. Au lieu d'entrer dans l'eau comme chaque piscineur qui se respecte, il vient s'asseoir sur le banc juste derriere moi. Du coup il attire mon attention et on commence a se lorgner du coin de l'oeil. Il n'est pas sublime, mais bon il me regarde donc je regarde, donc il regarde, donc... puis sa copine arrive et je me sens ridicule, je suis sure qu'ils ricannent dans ma direction tous les deux, les pouffes de la medium lane me font clairement comprendre que je ne suis pas a ma place ici, mais je ne peux plus retourner dans l'allee des nuls car le jeune blond et sa grognasse y sont deja en train de barboter, et ils vont croire que je le suis et que je veux feindre un malaise dans la slow lane pour finir dans ses bras! 

Finalement apres un coup de pied de trop et un dernier regard appuye des filles, je rejoins ma ligne initiale, la queue basse, sous les huees du public. en prenant l'air digne (c'est a dire que j'essaie de garder la tete hors de l'eau) a chaque fois que je croise le couple goguenard.

Le seul moment positif, finalement, a la piscine, c'est quand on sort, ca y est la torture est finie, on va avoir droit a une douche chaude, et que les jambes font mal en marchant et on se dit wohaaa j'a bien travaille, je dois etre taillee comme une deesse greque a present!

Jusqu'a ce qu'on se voit dans la glace a la lumiere crue du jour. Et rien n'a change apres des mois de piscine.

 Et on se demande a quoi bon tout ca...

Commentaires

C'est de de la bonne, çà....

;-)

... de la bonne note, je veux dire. J'ai bien ri.

J'ai vu une fois, une femme qui voulait nager dans le sens de la largeur ! Si, si. Tout alla bien en traversant la rangée des « enclumes », puis celles des « baleines », puis celles de « girafes », puis celles des « grenouilles », puis celles des « otaries » mais cela se gâta arrivé à la ligne des « dauphins ». Alors qu'elle fut percutée, c'est elle qui brailla que vraiment les gens ne faisaient pas attention. Elle essaya de revenir, toujours dans le sens de la largeur, mais elle resta coincé entre les otaries et les grenouilles à hurler qu'elle voulait sortir! Faut dire que côté grenouilles, elle recevait des coups de palmes et coté otaries, il y avait tellement de vagues qu’elle avait peine à reprendre sa respiration.

Écrit par : Petit Nicolas | mercredi, 04 octobre 2006

hahaha ! ça t'apprendra à faire du sport ! je hais le sport.

Écrit par : bene | lundi, 09 octobre 2006

J'aime. J'adore. Continue ce genre de notes (et passe sur Paris ;))

Écrit par : Grenouille | mardi, 10 octobre 2006

Les commentaires sont fermés.