Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 14 octobre 2005

Je suis tombee pour elle (tututu, tudututu)

J'avais oublie combien Paris etait merveilleux... Ca en est presque douloureux tellement c'est beau. L'ambiance, les petites rues qui serpentent, les terrasses de cafe, et autant de choses qui n'existent pas a Londres, que je ne prefere meme pas commencer a enumerer.
On aurait cru "a year in the merde", je m'extasiais bruyamment sur toutes ces exotiquitees, en me disant dans un coin de mon esprit que je m'etais decidemment trompe de ville.
Hier soir apres avoir quitte Grenouille je suis alle voir un vieux pote de la fac depuis lontemps perdu de vue et je suis tombee totalement amoureuse - non pas de lui mais de son quartier, au pied du Sacre Coeur. 
Le retour a ete brutal, je trouve Londres moche, je supporte plus mon boulot, tout est gris, j'ai envie de rien faire sauf aller sur eurostar.com et pleurnicher.
Ca fait plusieurs fois que j'en ai marre de Londres depuis ces derniers mois, il va falloir agir.
J'essaie de me recoller brutalement les pieds au sol, habiter a Paris ne se resumerait pas a trainer dans les ruelles en mangeant les meilleures glaces du monde, a siroter des diabolos menthe au soleil et a soupirer dans Montmartre en faisant mon Amelie Poulain... Ca serait se lever tot, se tapper la pluie, prendre le metro...
Meme Brasiliano ne m'a pas vraiment redonne le sourire, en m'attendant a la gare tout mimitement. J'ai vachement pense a lui, il me manquait, j'imaginais nos retrouvailles (ben oui deux jours quand meme!) et puis en fait, comme d'hab, ben... sympa, quoi.
Typical.

 

 

 

Commentaires

Aujourd'hui, il faisait beau à Paris. Alors j'ai fait comme tous les parisiens à qui il manque un esprit: j'ai pris ma voiture (parce qu'elle est décapotable, alors avec le soleil, ça se mélange bien).

C'est l'horreur, tout ce bruit, ces klaxons, ces gens agités, cette agressivité, ces rues minuscules et même ces boulevards étriqués. La verdure joue à cache-cache avec le béton, et elle gagne. Du coup, même la tour Eiffel m'est apparue minuscule.

En juin dernier, je suis allé à Londres avec ma chérie, il faisait beau, mmmmmmm, c'était bien: cet espace, ce... ah ben non en fait, c'était à peu près la même chose: du bruit, des voitures, des sirènes, des mauvaises odeurs, des gens douteux. Ce n'est pas mieux ici qu'ailleurs, c'est juste que je ne suis bien nulle part.

Merci, c'est une révélation !

Écrit par : Bacri | vendredi, 14 octobre 2005

Je rappelle que je suis un grand randonneur/baroudeur/chemineau. J'aime aussi les villes. A pied. Découverte toujours extraordinaire quand c'est à hauteur d'homme et à la mesure de ses enjambées. De toutes les villes au monde que je connaisse, celle où je me sens le mieux, sans chauvinisme, j'hésite entre Paris et Marseille. Toutes les deux sont des villes cosmopolites "à la française". Paris, parce que c'est une juxtaposition de villages. Et Marseille, parce que c'est un village où le monde entier se retrouve. A Paris, il y a les plus belles femmes du monde. A Marseille, il y a les meilleurs copains du monde.

Écrit par : Petit Nicolas | lundi, 17 octobre 2005

Les commentaires sont fermés.