Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 29 septembre 2005

Tadada dadadaaa

De retour dans le bain de mes amours de jeunesse, l'overdose de musique. Ca me frappe par phases, j'ai qu'une envie c'est de me vautrer sur mon lit en zappant a toute allure sur les stations de radio pour ecouter le plus de morceaux possibles. Je m'abime dans la recherche frenetique de mes chansons-du-moment (voir 'De l'Ephemere'), passant de Kiss a Virgin a Heart en moins d'une nanoseconde.

Journee sympa avec Brasiliano mais a partir du debut de l'apres midi j'avais envie qu'il se barre pour pouvoir aller m'enfermer dans le premier Virgin venu jusqu'au soir.

Bizarre quand meme.

C'est laborieux des fois avec lui. Je retrouve ma vieille sensation qui avait disparue depuis au moins une semaine, le "je suis mieux toute seule finalement". Un peu decourageant.

 

lundi, 26 septembre 2005

Comprenne qui pourra

medium_nori_nori_nori.4.jpg

Oh baby, Nori nori nori
Singing for the glory
Para para dancing eurobeat (uoo ooo!)

Nori nori nori
Baby, don't be sorry
Para para music, baby take me higher

Mummy's girl

Et en plus, pour la premiere fois depuis des annees, ma mere me manque... Buh.

Crac

Faits objectifs: apres un super week end ensemble, arrivee ce matin au boulot je LE vois en train de parler avec Ana (celle dont je parlais dans "la future de mon ex"). Je le trouve egalement un peu distant avec moi.

Voila, rien de plus. Il a absolument tout les droits de parler avec Ana, ainsi que celui d'etre fatigue, ou d'avoir rien de special a me dire apres avoir passe 2 jours entiers colles l'un a l'autre.

 

Ce qu'il se passe dans ma tete: Il en a marre de moi maintenant qu'il "m'a", il a couche avec Ana hier soir, ou avec une autre mais en tout cas il a pas dormi chez lui, voila tout est fini maintenant que je commence a m'attacher a lui, blah blah blah blah...

Je prete attention a CHACUN de ses mots pour y traquer la moindre contradiction, je fais fuser les "questions-piege" d'un air tout a fait detache et mon coeur se decroche a la moindre hesitation dans la reponse, je lutte contre les larmes apres qu'il soit passe devant moi sans me faire un geste de tendresse... C'est epuisant, decourageant, decevant de me voir ainsi.

Je ne pourrais jamais lui faire confiance je crois, c'est deja mon gros probleme, mais a lui encore moins qu'aux autres.

En plus il a repris les cours du soir, ce qui me rappelle d'horribles souvenirs d'avant, quand j'etais avec lui en mars-avril. Du coup je deviens une plaie phenomenale, "tu sais si t'as pas envie de venir ce soir, tu peux me le dire, ca me fera moins de peine que de savoir que tu te forces a venir alors qu'en fait t'as pas envie". J'ai failli me gifler moi meme a peine ma phrase finie.

Le probleme c'est que je sais pas si je suis gravement parano ou si j'ai justement un bon sixieme sens qui me fait capter tout de suite qu'il y a un probleme avec moi...

 

Ce qui est dingue c'est que j'ai pas l'impression de l'aimer tant que ca, et l'imaginer coucher avec une autre ne me fait pas me rouler par terre en pleurant non plus. Je sais pas si je me voile la face parce que je veux pas m'avouer a moi meme que je l'aime plus que ce que je crois. Ou alors si c'est plutot, je prefere imaginer le pire, ne pas lui faire confiance, et voir notre relation de haut avec un demi sourire cynique, pour ne pas etre decue quoi qu'il arrive... A la "voila je le savais, donc je me suis pas attachee, donc je souffre pas".

Mouais...

 

J'ai egalement tendance a dire ce que je ressens au moment meme ou je le ressens, sans faire de plans genre "si je dis ca, il va penser ca, donc etre moins comme ci", j'ai une sainte horreur de ca, mais la il m'est impossible de le harceler sous d'humides maaaaiiis-tuuu-m'aimeeeeeuuuu-pluuuus, donc je dois faire un effort permanent pour ne pas geindre, ce qui de toute facon rend les choses encore pires (oui, il n'y a rien de pire que les "mais qu'est ce que t'as, tu es fache, t'as un probleme avec moi, hein, dis, hein?", surtout quand il n'y en a pas). Alors que si je fais comme si de rien n'etait, et reste la fille super fun, sexy et amusante que j'ai toujours ete (quoi?), meme si il en effectivement marre de moi il changera d'avis... Mais sans non plus avoir l'air trop attachee.

Tain, c'est un travail a plein temps.

jeudi, 22 septembre 2005

Oh la menteuse-euh

Non non je suis pas amoureuse, faut pas non plus s'emporter, quand meme, hein.

Mais ma foi, apres un week end un peu cahotique qui m'avais semble sonner le glas de cette "relation-a-la-con", ca se passe plutot bien avec Brasiliano. Ce qui, en passant, ne veut absolument pas dire "bresilien" en bresilien... Il a jete a ma face medusee que brasiliano etait en italien (!), et qu'on disait en fait "brasileiro". Merde alors, moi qui m'y etais habitue. (ce fut a son tour d'etre meduse quand je lui ai dit que je l'appellais ainsi avec mes potes francais depuis des mois!)

Enfin, on sort, on se fait la cuisine, on rigole bien, on est complice (enfin, rien a voir avec.... certains, mais c'est de mieux en mieux). Je baisse pudiquement les yeux en rougissant suite a votre prochaine question - mais je n'en pense pas moins! Imaginez, quand on vous parle en bresilien...

Je m'y met d'ailleurs, si, si! Je sais deja dire pleins de phrases et d'adjectifs, je connais les bases des temps, des pronoms...

Et j'ai des envies de plus en plus cuisantes de voyage au Bresil (et Cé qui arrange pas les choses!!).

 Il y va en janvier, il pourrait changer son billet retour et passer 3 semaines de plus sur la cote avec moi... Mais ca serait pas raisonnable de planifier ca maintenant, alors que ce week end encore j'en pensais "quel con"... Non... nan....

lundi, 19 septembre 2005

Citons Sting

I

feel

so

lonely

...

Stop!

Le temps de lire mes 4 blogs et mes emails j'ai plus jamais le temps de rien, j'ecris meme pas a Zara, ni a ma mere qui est a Madagascar, rien.

Grrrr...

mardi, 13 septembre 2005

Je peux plus partir

dimanche, 11 septembre 2005

Un jour...? (II)

Et les larmes encore... Je ne l'oublierai jamais, je serais toujours jalouse, notre "amitie" est comme en sursis, ne tenant qu'a un fil tenu qui cassera le jour ou il trouvera une copine pour de vrai car je ne pourrais pas le supporter.

J'aurais plus jamais CA, moi.

Again, and again... and again

Soiree tres sympa avec tout le monde, flirtouillage, bisoutage dans le bus, non-invitation a passer la nuit chez moi, petage de plomb masculin, grosse dispute a 1h du mat dans la rue, envoyage chier "on peut pas rester comme ca, j'en peux plus, tu te fous ouvertement de ma gueule", claquage de porte.

Appel immediat sur mon portale, continuation de la dispute (oui c'est vrai pourquoi s'engueuler gratuitement dans la rue alors qu'on peut le faire pour 0.20£ la minute par telephone?!), hurlements masculins suivi d'un raccrochage au nez dans les regles de l'art.

Bizarre soulagement de ma part "enfin j'ai ce que je merite, il m'envoie chier" (dont try to understand me), reception de texto plein d'ironie, poussage de bouchon au maximum de ma part en repondant "come back here ok?", sense provoquer un "ARE YOU FUCKING KIDDING ME".

Endormissement, appel dix minutes plus tard... "im at the door".

"But you were not in the bus on your way home when you got this text? - yes, i was"

 

*long soupir decourage*