Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 30 juin 2005

Super soiree... ah, non!

Super soiree avec George, il m'a accompagne visiter un appart a Elephant and Castle, il a ete tout ce que j'aime: sociable (j'adore le fait qu'il se fasse deux potes a la minute), ouvert, attentione (il a aide une pauvre femme a porter sa poussette dans les escaliers, j'ai craque), doux, drole...
Puis on est alle jouer au billard et boire un coup.

Ce qui est embetant avec lui c'est que la moitie de nos conversations consistent a une argumentation visant a me convaincre qu'il n'est pas comme sa reputation le laisse croire, et qu'il m'aime vraiment vraiment bien (air sincere, doux, et tout le tralala) et i want you to be my girl, oppose a moi, armee de mon air sarcastique et de mes yeah George right, i believe you...
Je sais que j'ai un probleme assez monstrueux de confiance (en moi / en les mecs) mais bon lui c'est vraiment le brancheur par excellence. Comme me le dit son meilleur pote tres justement, he is not boyfriend material.

A partir du milieu de soiree le bal du "can i come to your house after" a commence.
No, George.
But nothing's gonna happens, i cross my heart!
No, George.
En fait je me connais et je sais que si on commence a s'embrasser je vais craquer, donc j'ai aussi peur de moi meme que de lui, dans cette situation precise.

Finalement apres le billard, il me suit dans le metro, je glousse, je proteste mollement, mais j'ai pas envie qu'il parte en fait.
Il me demande si il peut donc juste me raccompagner a ma porte et apres il part. Je sens le piege grossier arriver et le previent que je ne craquerais pas une fois la bas en lui disant de rentrer cinq minutes. J'ajoute que je comprend pas pourquoi il ferait ca.
Il me regarde d'un air penetre (il sait bien le faire, ca, et boudiou, ca marche bien en plus - genre l'air sincere du mec tout amoureux mais bafoue par sa fausse reputation) et me dit "i dont want to leave you".

Voila. A chaque fois il score, il suffit qu'on me dise un truc gentil pour que je fonde totalement. C'est insuportable.

Mais une fois dans le metro il devient a moitie froid, je lui fait quelques caressouilles sur le bras, sans reactions.
Arrives sur le quai, je lui dit que c'est vraiment jusqu'a ma porte, pas plus, et la il continue sur sa froideur et me balance un petit "ok, ok, you dont want me to come, im going now, bye bye" de derriere les fagots.

J'ai rien compris.
Je me suis lancee dans un degoulinant "ne part pas comme ca, qu'est ce qu'il se passe, qu'est ce que j'ai fait, reste encore un peu", sans reel impact a part celui de l'enerver encore plus.
J'ai presque du le forcer a m'embrasser...

Et la, petit texto demandant de me dire si il est bien rentre, SANS REPONSE!

J'en ai marre, marre, marre!!!
Vite vite ma vieille, construis toi un barrage eclair en beton arme autour du coeur! ('tain j'avais ecrit corps, le lapsus...)



PS, en ce qui concerne Lorie, ce porc est parti en vacances pendant une semaine donc ca m'a laisse le temps de me calmer. Puis entre temps y a eu George.
Mais ce soir flirtouille express mais intense genre regards brulants et "where is my kiss? no, not like that, i want a real one! ok, ok, saturday after work we can go out yeah?".
Tsss, tss...

lundi, 27 juin 2005

Bouh!

... Le taxi vient de tourner le coin de la rue, emportant l'Homme Que J'Aime Le Plus Au Monde (mais vous pouvez l'appeller Greg, c'est moins formel) vers Luton Airport.
Semaine extraordinaire, et aujourd'hui je suis toute seule avec au menu des trucs a faire genre chercher un appart, aller a la poste, passer l'aspirateur...

Bouuuuhhhh!!!

Heureusement, il fait beau, et c'est les soldes!

dimanche, 26 juin 2005

Peace and Love

Je suis avec mon pere. Je sais exactement a quel heure commence l'assault de l'ennemi: midi. Et on sait aussi ou et comment, puisqu'on a tout les deux deja vu le film.

Je n'ai pas vraiment peur, apres tout ce n'est pas la vraie vie, mais je ne peux m'empecher de ressentir des frissons, a la fois de panique et, curieusement, d'impatience. Y assister en vrai c'est quand meme pas pareil.
On se trouve dans la rue quand ca commence. Ce n'est pas fait de facon crue et horrible, on est quand meme dans un film de qualite, c'est plutot les gens qui tombent au ralenti apres l'impact des balles, sur fond de musique dramatique. On ne voit pas de sang ou presque.

Je suis donc dans cette rue, avec ces gens qui tombent les uns apres les autres. On ne voit pas l'ennemi mais je sais que quoi que je fasse, ou que je me cache, je vais mourir d'un seconde a l'autre. A tout instant je peux - et je vais - recevoir une balle. Il n'y a rien d'autre a faire qu'attendre la mort. Dans quelques secondes je vais savoir ce que c'est que la vraie douleur, je vais savoir ce qu'on ressent en mourant.

Je me retourne alors vers mon pere que s'est transforme en Greg (n'essayons meme pas d'analyser) et je le supplie presque en pleurant de faire arreter le film parce que je ne veux pas assister a ma mort, meme en film, meme en reve.

A ce moment precis, mon reveil a sonne.

Je pense que ce reve va me traumatiser pendant une bonne semaine.


dimanche, 19 juin 2005

La future de mon ex

Je suis tres polie.
Oui.
C'est en cette qualite que je me suis donc mise a papoter urbainement aujourd'hui avec la nouvelle, qui serait d'apres les derniers Potins Chauds de Funland, la derniere conquete de Brasiliano (ou est en cours du moins - ce con les enchaine, j'y crois pas).
Hier elle arborait fierement un t-shirt jaune et vert Brasil, j'ai failli m'etouffer! Ecrit "im fucking Andre" dessus ma grosse, ca sera clair au moins!
Bon donc, je suis au dessus de tout ca, il ne me fait plus rien, je ne suis pas jalouse ni rien, donc je lui fait un gentil sourire, a la fille, et lui demande si elle est contente de bosser ici pour le moment.
Elle me regarde d'un air beat et me reponds, texto " Tu plaisantes? Je reve de ca depuis deux ans donc tu imagines!"
Bon, oui ok j'ai dit que j'adorais bosser la. Mais pour l'ambiance, les potes, la tranquilite et tout, il faut quand meme bien dire que c'est objectivement ce qu'on appelle vulgairement dans le milieu "un petit boulot de merde"!
Je la regarde donc incredule, prete a eclater de rire de bon coeur, avant de croiser son regard brillant d'un eclat tout a fait sincere. Je prend donc mon air le plus neutre en attendant la suite.
Et elle me raconte qu'elle avait l'habitude de venir ici tous les jours, pour jouer et qu'elle depensait tout son salaire (TOUT son SALAIRE) avec les jeux de pieces (les pieces qui avancent et reculent, la, vous savez) et des cromptons (les crochets qui attrapent une horrible peluche aux couleurs criardes avant de la laisser tomber triomphalement, 23 millimetres avant le trou). Alors que, "tu imagines bien le reve que c'est de bosser ici maintenant!".

Non.
Je lui bredouille un "ah, hehe, huhhh" qui pourrait aussi bien convenir en cas de sincerite ou d'ironie mordante. Parce que la, ou elle est d'une stupidite sans fond (non, je veux pas juger, je la connais pas, mais quand meme quelqu'un qui passe sa vie et son salaire a jouer aux crochets, je me refuse a croire a son intelligence profonde) ou alors elle est totalement mythique de m'avoir raconte tout ca en me laissant dans le doute, sans finir par un "haha im joking".
Dans ce cas la, je tire ma reverence a Brasiliano, mais je pense plutot que je peux faire taire la derniere parcelle de jalousie que je pouvais avoir par rapport a cette situation et ricanner joyeusement, parce qu'il est tombe bien bas!

La prochaine fois, je sais pas encore si je vous raconterai comment j'ai embrasse Georges hier dans St James Park, ou si je vous parlerai de ma difficulte a trouver des jeans qui tombent bien a cause de mon ennuyeuse maigreur-de-l'arriere-des-genoux (un probleme que peu aborde, finalement).


jeudi, 16 juin 2005

Detendons nous un peu

... apres toutes ces emotions!
D'habitude je deteste les perles des assureurs, des profs etc, mais celles ci m'ont fait hurler donc ce serait cruel de vous en priver, chers lecteurs assidus (surtout Myway a qui il faut macher tout le travail...).
C'est digne d'Antilogus/Festjens!


Je suivais la voiture qui me précédait qui après que je l'ai dépassé m'a suivie, c'est alors qu'elle m'a choquée en plein derrière et m'a forcé par la choquer moi aussi le derrière de celle qui était devant.



En avançant, j'ai cassé le feu arrière de la voiture qui me précédait. J'ai donc reculé, mais en reculant j'ai cabossé le pare-chocs de la voiture qui me suivait.
C'est alors que je suis sorti pour remplir les constats, mais en sortant j'ai renversé un cycliste avec ma portière. C'est tout ce que j'ai à déclarer aujourd'hui.



Je vous demanderais de ne tenir aucun compte du constat amiable. Vous comprendrez en effet que je fus brusquement pris d'une émotion subite : arrière défoncé, présence de la police, choc psychologique, tout concourrait à ce que je mette des croix au hasard.


Le cycliste zigzaguait sur la route, tantôt à gauche, tantôt à droite, avant que je puisse le télescoper.

Droit de Reponse

Bon... Merci pour vos commentaires endiables, dans un premier temps.
Laissez moi, si vous le voulez bien, y repondre point par point.
Raclement de gorge.
Chaussement de lunettes.

J'ai parfaitement conscience que mon boss est en tort et que je ne devrais pas (du point de vue de la loi, j'entend) payer.
J'ai egalement tente de discuter avec lui calmement et de lui faire part de mes doutes sur ma responsabilite, ca a servi a rien, il est campe sur ses positions. Il ne m'a pas menace de me virer pour ca, je pense que de toute facon il ne pourrait pas. Par contre si il le souhaite il trouvera toujours une autre raison, valable, de me virer. 27 secondes de retard, micro bavardage avec le staff etc... Et si j'entre en conflit avec lui, c'est probablement ce qui arrivera.
Quand a aller le voir et lui expliquer a quel point je me sens bien ici et avec quelle labeur et joie de vivre j'effectue ma tache quotidienne, laisse moi te dire qu'il s'en contre fout comme de sa premiere boule de bowling (ha! ha!). Ce boulot ne demande aucune qualification, en deux semaines il a forme une autre fille de la meme facon, avec de plus gros seins de surcroit!

Dernier point, en effet, rien ne l'empeche de me virer dans le mois, mais de la meme maniere dans tous les boulots. On n'est jamais sur de ce qui va arriver. Et ici c'est vraiment facile de virer quelqu'un de toute facon.

Donc... j'ai decide de payer.
De toute facon je suis perdante, de l'argent ou d'un boulot.
J'ai vu les choses de la maniere dont mon pere me la presentait : lequel des deux choix me convient le plus, me rend le plus heureuse? Et c'est sans hesiter de conserver ce boulot. Je me sens bien en y pensant, et je me sens angoisee et paniquee a l'idee de perdre tout ca, ca serait litteralement mon monde qui s'ecroule.

Donc je pense que la reponse est la. (Je passe sur les details plus materiels, mais qui ont comptes aussi)
Je dois accepter l'injustice car de toute facon elle est la, quoi que je decide. Et ne pas etre aigrie ou rancuniere vis a vis de mon boss (mon prochain travail ca, parce que bon, c'est pas gagne), je paye, j'efface et je repars de zero.
Il faut se dire que les "epreuves" comme ca nous font avancer.
Au passage je me suis rendue compte a quel point mon pere avait toujours une influence considerable sur moi... Mais aussi je le pense assez sage sur ce genre de conseil "psychologiques" (c'est quand meme son boulot).

De toute facon, les principes, comme dit Rachel "i dont have any", et puis j'aurais bien l'air con, la tete haute et mes principes sous le bras, sans argent, sans amis, malheureuse comme les pierres...

Et ce soir, le joie ressentie en lisant la reaction enchantee de ma copine Zara quand je lui ai dit que je ne partais pas, m'a dit que j'avais fait le bon choix... (oui, oui, c'est la qu'on ecrase une larme)

mercredi, 15 juin 2005

Choisir


La chose la plus difficile pour moi. Meme au restau, entre le saumon et le poulet, j'arrive pas. Et il suffit que quelqu'un me dise "mais tu sais le boeuf c'est aussi tres bon" pour que ca foute tout par terre.
Quand chacun y va de son avis, je me sens comme les petits trucs des pissenlits, balotée au gre des souffles.

Aujourd'hui j'ai quelques heures pour choisir si je m'ecrase devant mon boss, accepte l'injustice philosophiquement et conserve mon boulot, ou si je refuse et me laisse probablement me faire virer. Et je ne sais pas.

Je resume l'action rapidement, un client qui pert son telephone dans le simulateur et qui m'accuse de la responsabilite car je ne lui ai pas demande de vider ses poches. C'est marque a deux differents endroits sur la machine. Mon boss leche avidement les fesses du client, me convoque dans son bureau, me dit que je suis effectivement responsable, et que 179£ s'il vous plait (facture a l'appui), et le plus tot possible car le client est en colere, merci.
Essai hier soir d'arranger les choses avec lui calmement, je lui fait part de mes doutes sur ma reponsabilite, et meme sur celle de la compagnie quand c'est mentionne deux fois sur la machine. En fait, apres conseils de quelques personnes (anglaises) je suis presque sure d'etre dans mon droit. Reaction glaciale du boss "ok, there is no point to argue, if you dont want to pay and use the hard way, no problem, i can go through the disciplinary procedure and take the money from your wages, the conversation is over, you can go."

Alors y a ceux qui y vont de leur "ecoute, oui c'est injuste, mais c'est comme ca, ce boulot est cool, juste paye et repart a zero". Deux personnes, en fait. Ma mere et un pote du boulot.
Et tous les autres, disons une quinzaine de personnes, qui me font valdinguer dans les airs de l'autre cote: "des boulots y en a d'autres, tes potes tu les gardera, tu va pas ceder a un petit merdeux de directeur de bowling, fait un scandale et part la tete haute, avec ta fierte, blah blah blah..."
Et, depuis une demi heure, y a mon pere qui pose les choses en termes simples: de laisser de cote les histoires de fierte et d'injustice (il y a partout et c'est pas moi qui vais changer ca), de me debarasser des trucs "emotionels" et simplement de choisir la solution la plus conveniante a mon gout et l'accepter. Sans rancoeur ni regrets. C'est le seul qui m'a pas parle en terme de bien ou mal, ni tord ou raison.
Donc bien sur il m'a embrouille dix fois plus.

Ce boulot est tranquille, les horaires sont parfaits, la plupart de mes amis y sont (allez Aure, avoue le, tous mes amis y sont maintenant que Sophie est partie), je connais mon job parfaitement...
Ce boulot est la symbole de ma reussite, de la nouvelle moi. C'est la premiere fois de ma vie que je me sens a l'aise dans un travail et avec des gens que je connaissais pas avec qui j'ai appris seule a m'integrer, a me faire accepter, et meme a y etre populaire.
C'etait totalement impensable il y a a peine quelques mois pour moi. Je ne suis plus timide et petrifiee face a des gens que je connais pas et qui se connaissent. J'arrive a etre - plus ou moins, ca depend encore quand meme des gens - moi meme face a eux, a etre naturelle, rigolote, a l'aise. Et tout cela au prix d'un travail sur moi meme et d'un questionement intense!
Et c'est ce que je ressens tous les jours, en allant travailler. Laissez moi vous dire que c'est agreable, et que tous les matins je me leve en etant heureuse d'y aller.
Ca, ca n'a pas de prix comme on dit. Ou plutot si, 179 £.

Apres est ce que c'est une mauvaise raison? Est ce que je vais pas pouvoir reproduire ce shema dans un nouveau boulot? Surement que si, du moins je l'espere sinon ce changement c'est du vent... Un nouveau boulot mieux paye, peut etre un travail de bureau maintenant que mon anglais est bien meilleur?
Je sais pas.
Mon pere m'a completement embrouille, et je pense que son avis est tres pertinent.

Plus materielement, quitter ce boulot me ferait rennoncer aux conges payes en France en juillet (ma mere veut bien m'avancer les 179£ ET le prix des billets, cette sainte femme). Et aussi, je me retrouverais surement sans boulot pendant un petit moment, synonyme d'une perte de plus de 179£ de toute facon.

Je hais choisir. Si je pouvais m'endormir deux jours, et a mon reveil, quelqu'un aurait decide a ma place, ce serait le reve!


samedi, 11 juin 2005

Wanna go out one night?

Ben voila ca y est il l'a pronnonce la phrase magique! La phrase que je supporte pas, qu'on entend sans arret ici, bafouillee par des mecs monstrueux qu'on vient de recontrer dans la rue il y a 37 secondes chrono...
Mais evidemment quand c'est LUI, ca prend une toute nouvelle saveur.
Entre un gloussement et un roucoulement, je jette un regard furtif sur sa main, en m'appretant a soupirer et o surprise, la bague a disparue!
Alors soit c'est un porc (but a fucking sexy one donc bon... ca va!), soit il a subitement divorce la nuit derniere, soit il l'a enleve pour changer le truc vert des pool tables, tache o combien langoureuse qu'il etait en train d'effectuer en me parlant....

Je sais aussi qu'il a parle de moi a d'autres mecs (oui oui c'est une cour d'ecole mon boulot!)
Donc... a suivre. (je suis surexcitee mais je prend un air detache devant vous... pas mal reussi hein?!)

Demain je vais faire du patin a glace!!!


PS ne manquez pas mon nouveau lien, le blog de mon lezard bizarre, ma Béééééénééééé!!

lundi, 06 juin 2005

Obsession

Je suis en train de developer une obsession morbide pour Bowling Technician (pas Cute ce soir, je suis enervee!), c'est horrible, a la limite de l'invivable!
Chaque pretexte est bon pour aller au bowling - exemple: aller chercher un spray alors que j'en ai cinq en parfait etat de marche a ma disposition dans la cleaning room - mais y a vraiment aucune raison que je sois la bas, et lui ne vient presque jamais de mon cote.
Ce matin il est passe, m'a fait de grands sourires, puis un clin d'oeil et envoye des bisous avec la bouche!! Il abuse quand meme! Et evidement, connement j'ai seulement repondu par un grand sourire, aucun repondant, un vrai boulet.

Et donc, ce soir a 17h, je croise Abdoul dans la cuisine ou on pointe et il me dit "Aah, hi, Lorie wants to talk to you"!!
Moi: ah? (coeur qui danse la salsa).. mhh, why?
Lui: i dont know, puis il pouffe, comme un gamin espiegle.
Moi: *transpiration*
Je me dis c'est pas possible il va quand meme pas me dire "Lorie m'a dit de te dire qu'il veut sortir avec toi"! J'ai 14 ans mais quand meme!

Sur ces entrefaits, Lorie arrive et me lance un "hey darling". On est seuls dans la cuisine (avec juste un security sans interet), je me lance.
Moi: Hey you! So, what's up?
Lorie: nothing
Moi: But Abdoul said you were looking for me
Lorie: huh, no.. Pff he is crazy (air tout a fait neutre, pas d'yeux qui disent "ooh you know what i want, eh, baby?", rien)
Moi: oh.. (il s'eloigne deja vers la porte!) so you had nothing to tell me?
Lorie: nope
Moi: (desesperement a la recherche d'une perche) oh, well, im disapointed then
Lorie: why?
Moi: (soupir - il a rien compris) because i thought you were looking for me
Lorie: no, no... (il ouvre la porte, j'ai pas encore fini mon verre de jus, j'ose pas le suivre, je sens que ma peut-etre-seule-chance vient de chuter au sol lamentablement a cause de mon manque de repartie) ok, see you later, alright? (pas de darling ou love, rien!)
Moi: yeah... (suicide)

Mais ca veut quand meme dire qu'ils ont parle de moi non? Abdoul a quand meme pas lance ca completement au hasard?!! Ce serait deja tres notable car comme je l'ai dit on se connait presque pas, on bosse pas ensemble, rien!

Donc 3 possibilites s'offrent a moi, aussi allechantes les unes que les autres:

-Il me trouve hypra bonne et veut tromper sa femme avec moi des que possible. Mais il a pas ose me parler ce soir.
-Il se contre fout de moi, envoie des bisous a la moitie des filles de Funland pour le fun, Abdoul a invente l'histoire (pourquoi bon dieu?), et maintenant en plus il me prend pour une taree.
-Il est au courant que je craque pour lui, et s'amuse de la situation avec les autres, ils se foutent tous de moi dans la changing room et le soir il joue mon corps au poker avec ses amis.

Je dois tirer ca au clair.
Je ne pense a rien d'autre depuis qu'il a referme la porte de la cuisine.


Bon, promis dans des prochaines notes je reviens a des choses plus spirituelles!
En attendant, je vais en teu-boi ce soir!

dimanche, 05 juin 2005

Et la, c'est le drame...

Apres une super journee tres entouree, je viens d'apprendre par un pote que Cute Bowling Technician est... marie! Le monde s'ecroule litteralement sous mes pieds!
Si les gens sont maries maintenant, ou va-t'on??!
Il est pas juste "pris", non, il a un jour dit "i do" a un mec en robe, dans un beau costume, des larmes dans la voix...
Bon en meme temps j'ai appris son nom en espionnant la liste des technicians et ce n'est pas le sexy "Lorre"-en-roulant-le-R-d-un-air-exotique que je croyais mais Lorie!! Comme Ma Meilleure Amie, oui...

Pffff....